Association

Léa Princesse Éternelle

Nous contacter

icone contact association icone fleche de direction droite Par Mail
icone contact telephone association icone fleche de direction droite 06.17.53.15.19

Mentions légales

Accueil

samedi 15 novembre 2014

Vers de nouvelles thérapies

Vers de nouvelles thérapies

 

Les technologies génomiques à haut débit ont mis en lumière l'hétérogénéité biologique de plusieurs tumeurs cérébrales pédiatriques.
La biologie des quatre tumeurs cérébrales pédiatriques communes : médulloblastome, épendymome, gliome de haut grade (HGG) et de bas grade gliome est mis en évidence dans un article de CCR Focus.
La découverte que le médulloblastome se compose de quatre sous-groupes différents, à savoir WNT, SHH, Groupe 3, et le groupe 4, chacun avec des caractéristiques cliniques et moléculaires distincts, a affecté le traitement des enfants atteints d'un médulloblastome.
Des études prospectives ont démontré l'efficacité des inhibiteurs SMO dans un sous-groupe de patients atteints de SHH médulloblastome.
Des efforts sont en cours pour développer des thérapies spécifiques pour chacun des sous-groupes de médulloblastome. Des efforts similaires sont poursuivis pour l'épendymome, HGG où l'évolution de la maladie pour les deux dernières tumeurs n'a pas changé au cours des trois dernières décennies, malgré plusieurs essais cliniques prospectifs.
Développer et tester des thérapies ciblées en fonction de cette nouvelle compréhension reste un défi majeur pour la communauté neuro-oncologie pédiatrique.
L'objectif de cette revue est de résumer l'évolution rapide compréhension des tumeurs cérébrales pédiatriques courantes basées sur l'analyse du génome entier.

CONCLUSIONS :

Ces nouvelles connaissances seront un nouvel élan à la traduction de ces découvertes en laboratoire de nouveaux traitements pour les enfants atteints de ces tumeurs.

Références :
PMID: 25398846
Auteurs : Gajjar A., Pfister SM., Taylor MD., Gilbertson RJ.

©2014 American Association for Cancer Research.

mercredi 1 février 2012

Le bevacizumab et l'irinotecan chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales récidivantes ou réfractaires : tendances de toxicité et d'efficacité.

Le bevacizumab et l''irinotecan chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales récidivantes ou réfractaires : tendances de toxicité et d'efficacité.

Le bevacizumab (Avastin), anticorps monoclonal de type IgG1 qui se lie au VEGF (facteur de croissance de l'endothélium vasculaire) et inhibe de ce fait la liaison du VEGF à ses récepteurs, a prouvé son efficacité dans certaines tumeurs adultes.

Il est maintenant proposé comme une nouvelle stratégie thérapeutique pour les tumeurs du cerveau réfractaires ou récurrentes chez certains enfants, seul ou combiné avec d'autres molécules.

PROCÉDURES :

L'analyse rétrospective a été effectuée à partir de 28 enfants ayant reçu du bevacizumab pour des tumeurs du cerveau réfractaires ou récurrentes entre Juin 2007 et août 2010 dans 7 centres français. Parmi eux, 12 avaient des gliomes de haut grade, 7 gliomes de bas grade, 4 épendymomes, 2 tumeurs primitives neurectodermal, 3 tumeurs gliales. L'âge médian au début du bevacizumab était de 11 ans. Le bevacizumab était administré à 5-10 mg / kg toutes les 2 semaines, avec une chimiothérapie concomitante pour 27 patients.

RÉSULTATS :

Le bevacizumab a été utilisé en combinaison avec l'irinotecan chez 27 patients. La toxicité du bevacizumab toxicité a été faible. Les toxicités rapportées ont été l'hypertension artérielle (n = 4), la protéinurie (n = 1), la lymphopénie (n = 2),le retard de cicatrisation (n = 2) Alors que la réduction de la tumeur a pu être observée chez 6 patients sur 7 avec des gliomes de bas grade, pas d'efficacité pouvant être documentée pour les jeunes patients avec des gliomes de haut grade, ni PNET, ni l'épendymome.

CONCLUSIONS :

La toxicité du bevacizumab semble être faible chez les enfants, même en combinaison avec l'irinotecan. D'autres études prospectives sont nécessaires pour confirmer l'efficacité hypothétique du bevacizumab et pour évaluer le risque de toxicité à long terme en particulier chez les jeunes enfants.

Références :
PMID: 22287258
Auteurs : Couec ML, André N, Thebaud E, Minckes O, Rialland X, Corradini N, Aerts I, Bérard PM, Bourdeaut F, Leblond PE

Service d'Oncologie Pédiatrique, CHU Nantes, Nantes, France.

mardi 21 juin 2011

Etude Phase II : Le Carboplatine utilisé comme un radiosensibilisateur dans le traitement de l’Épendymome de l’enfant

Cette étude recrute actuellement des participants.
Vérifié en Juin 2011 par le Children’s Memorial Hospital

Etude reçue le 16 Mars 2010. Mise à jour le 21 Juin 2011
Commanditaire : Children’s Memorial Hospital
Collaborateur : Université Brown
Information fournie par le Children’s Memorial Hospital
ClinicalTrials.gov Identifier : NCT01088035


Objet :

Étude de phase II évaluant la faisabilité du Carboplatine donné simultanément avec la radiothérapie focale pour des enfants de l’âge de 12 mois à < 21 ans atteints par un épendymome localisé nouvellement diagnostiqué, qui ont peu ou pas de maladie résiduelle post-opératoire (<0,5 cm).
L'hypothèse est qu’en utilisant le Carboplatine comme un radiosensibilisateur est faisable et acceptable,. Cela peut améliorer la survie sans événement (EFS) et de minimiser les récidives locales par rapport aux contrôles historiques.
Après une résection neurochirurgicale, les patients qui répondent aux critères d'admissibilité recevront une radiothérapie fractionnée standard de doses de 54 à 59,4 Gy sur le site principal en fonction de l'âge. Tous les patients recevront 35 mg / m² / jour de carboplatine avant chaque radiothérapie.
Bien qu’une neutropénie significative n'est pas attendue, le G-CSF (granulocyte colony-stimulating factor) sera administré selon les directives d'étude au cours de rayonnement si une neutropénie survient.
Tous les patients seront suivis au niveau de la toxicité, la réponse (résolution de la maladie résiduelle) et la survie sans événement (EFS). Le sang et le liquide céphalo-rachidien (LCR) seront également évalués prospectivement pour quantifier le niveau de la Survivine*, un inhibiteur connu de l'apoptose, via l'immunohistochimie, Western blot (dans le tissu tumoral) et ELISA (dans le sang et le LCR ).
La possibilité d'atteindre ces niveaux de manière prospective et en temps réel sera évalué.

Phase d'intervention Condition
Ependymome
Médicament : Carboplatine
Phase II

Effectifs estimés : 75
Date de début d’étude : avril 2010
Date d'achèvement estimée de l’étude : avril 2015
Date prévue d'achèvement de l’étude primaire : avril 2013


Admissibilité

Age admissibles à l'étude : 12 mois à 21 ans

Critères d'inclusion
- Les patients doivent être inscrits avant le début du traitement.
- Les patients doivent être ≥ 12 mois et <22 ans au moment du diagnostic.
- La cible des tumeurs cérébrales primaires sont non métastatiques (M0).
- Les patients doivent avoir une vérification histologique d'un épendymome au moment du diagnostic.
- Les patients selon la classification de l'organisation mondiale de la santé (OMS) suivants seront éligibles pour cette étude: Ependymome (sous-types: cellulaires, papillaire, à cellules claires et tanycytic) et l'épendymome anaplasique.
- L'Épendymome doit être nouvellement diagnostiqué et la patient ne pas avoir eu de chimiothérapie antérieure ou la radiothérapie.

Contacts

Se référer à cette étude par son identificateur ClinicalTrials.gov: NCT01088035

Contact: Kelly Verel 773-880-4000 ext 8147
Contact: Lauren Evans 773-880-4000 ext 8518
Toutes les informations sur http://clinicaltrials.gov/
Emplacements

États-Unis, Illinois
Le recrutement des enfants Memorial Hospital
Chicago, Illinois, États-Unis, 60614
Contact: Kelly Verel 773-880-4000 ext 8147
Contact: Lauren Evans 7738804000 ext 8518
Commanditaires et collaborateurs
Enfants Memorial Hospital
Brown University
Chercheur principal: Jason Fangusaro, MD enfants Memorial Hospital
Chercheur principal: Rachel Altura, MD Université Brown


* Découverte il y a dix ans, la Survivine orchestre à la fois le cycle et la mort cellulaire, deux fonctions particulièrement dérégulées dans les cellules cancéreuses. Présente au cours du développement embryonnaire, puis absente des tissus différenciés adultes, Survivine est fortement exprimée dans la plupart des tumeurs. Sa capacité à interagir avec différents partenaires moléculaires et sa distribution subcellulaire commencent à être mieux connues. Ses propriétés pro-oncogéniques multiples et sa valeur pronostique démontrée dans divers cancers ont fait de Survivine une cible anti-tumorale particulièrement attractive et les premiers essais cliniques semblent prometteurs.

Traduction: Bruno PALIN

mardi 17 novembre 2009

Le Bevacizumab (Avastin) utilisé pour lutter contre l'épendymome courant (Étude chez l'adulte)

L'épendymome est un type rare de gliome représentant moins de 5% des tumeurs malignes du cerveau.
La radiothérapie est couramment administrée mais il n'y a pas de chimiothérapie standard.
Les épendymomes récidivants sont notoirement réfractaires aux thérapies et le pronostic n’est pas favorable.
Dans le glioblastome, des réponses encourageantes ont été observées avec le bevacizumab(avastin). Par conséquent des patients atteints d’un épendymome le plus courant ou d’un épendymome anaplasique ont été soumis a un traitement avec le Bevacizumab en combinaison avec des régimes de chimiothérapie.

Méthodes : Rétrospectivement les résultats ont été analysés concernant 8 adultes traités pour épendymome courant ou un épendynome anaplasique avec le bevacizumab lors des régimes de chimiothérapie.
La réponse radiographique selon les critères de Macdonald a été déterminée ainsi que le temps médian à progression (TTP) et la survie totale (OS ; méthode Kaplan-Meier).

Résultats :
Dans l’étude il y avait 4 femmes et 4 hommes, avec un âge médian de 40 ans (fourchette : 20-65 ans).
Le traitement préalable incluait une opération chirurgicale pour les 8 patients, de la radiothérapie pour les 8, de la chimiothérapie avec du Temodal (Temozolomide) chez 5 et du Carboplatine pour 4 patients .
Le Bevacizumab (avec un dosage de 5-10 mg/kg toutes les 2-3 semaines) a été administré seul pour 2 patients ou combiné avec les médicaments cytotoxiques : Irinotecan (3), Carboplatine (2), ou Temodal (Temozolomide) (1). 6 patients malades ont accompli une réponse partielle PR (75%), 1 patient est resté stable pendant plus de 8 mois.Le TTP médian était de 6,4 mois et l’OS médian était de 9,4 mois (6,3-12,6).

Conclusions :
Le taux de réponse radiographique au Bevacizumab est élevé. Une étude prospective est justifiée.



Auteurs : Green RM, Cloughesy TF, Stupp R, DeAngelis LM, Woyshner EA, Ney DE, Lassman AB.
Department of Neurology, Kaiser Permanente, Los Angeles Medical Center, Los Angeles, USA.

Références :
PMID: 19917990
PMCID: PMC2788805